Mot du président

Sciences. Politiques. Données probantes. Décisions éclairées.

Ces mots clés soulèvent l’enthousiasme des gens d’un bout à l’autre du pays, des scientifiques aux simples citoyens et des décideurs gouvernementaux aux acteurs du secteur privé. Le milieu scientifique vit une période exaltante au Canada et c’est également une période exaltante pour tous ceux qui souhaitent s’appuyer sur la science pour améliorer les politiques publiques, que ce soit dans le secteur de l’énergie, celui des soins de santé ou celui de la sécurité maritime. 

Depuis 2006, le Conseil des académies canadiennes (CAC) a contribué de façon importante à la prise de décisions fondées sur des données probantes en employant une formule pour laquelle il est maintenant bien reconnu, celle de constituer des comités réunissant les plus éminents spécialistes dans leurs domaines respectifs pour évaluer les éléments probants à leur disposition et fournir une évaluation objective et scientifique des enjeux politiques majeurs qui nous concernent. Pendant plus d’une décennie, le CAC a produit plus de 35 rapports sur des sujets aussi divers que les sciences de la mer, la sécurité alimentaire, le maintien de l’ordre et les médicaments pour enfants. 

C’est un honneur pour moi de me joindre au CAC et d’y assumer la fonction de président-directeur général. Je suis déterminé à faire en sorte que le CAC poursuive sa lancée et à contribuer au dynamisme de l’écosystème canadien des politiques publiques étayées par la science. Bien que je ne sois que depuis peu de temps à Ottawa, deux choses sont déjà très manifestes pour moi : premièrement, il serait impossible pour nous d’accomplir notre travail sans le temps et l’énergie que consacrent les plus brillants esprits du Canada et de l’étranger qui acceptent de participer bénévolement à nos comités. Plusieurs proviennent de nos trois académies membres : la Société royale du Canada, l’Académie canadienne du génie et l’Académie canadienne des sciences de la santé. Le succès du CAC et de ses rapports a reposé, en grande partie, sur le soutien de ces académies et de leurs membres et fellows. Je tiens également à souligner les rôles essentiels qu’ont joués notre conseil des gouverneurs et notre comité consultatif scientifique. Ces groupes fournissent des conseils, une supervision et une pensée stratégique de premier plan qui sont indispensables à la bonne gouvernance du CAC. Deuxièmement, le soutien des gouvernements fédéraux successifs dont a bénéficié le CAC, particulièrement pendant cette période économique difficile, témoigne de la pertinence de ce modèle, pour lequel je suis très reconnaissant. L’optimisme est palpable au Canada à l’égard des grandes possibilités qui s’offrent à nous si nous mettons la science au service du bien commun ― pour trouver réponse à certaines de nos questions les plus épineuses. L’atteinte de cet objectif est dans l’intérêt de tous et le CAC est déterminé à faire sa part.

Mon propre engagement envers les politiques publiques s’appuie sur près de trois décennies d’implication dans les sphères de la recherche universitaire, de l’administration gouvernementale et de la consultation auprès d’organismes, de l’industrie et d’ONG. J’ai passé une bonne partie de ce temps à l’extérieur du Canada, où j’ai pu voir à l’œuvre d’autres modèles, pratiques exemplaires et solutions créatives. Un principe éthique guide l’ensemble de mes travaux : les politiques et les décisions judicieuses doivent se fonder sur des données exactes et des valeurs éthiques justifiables.

Je suis heureux de revenir « chez moi », au Canada, et de participer à cet élan scientifique. Avec l’élection d’un nouveau gouvernement et la motivation renouvelée du milieu scientifique, nous percevons un intérêt accru pour la prise de décisions fondées sur des données probantes. Je compte utiliser cet espace de temps à autre pour faire part de mes observations sur certains des travaux du CAC, sur ceux de ses académies membres et sur les enjeux qui touchent la science au Canada. Je serais ravi de connaître votre point de vue sur ces enjeux. Vous pouvez me joindre par courriel, à l’adresse eric.meslin@scienceadvice.ca, ou sur mon compte Twitter, à @emmeslin.

Eric M. Meslin, PhD, MACSS, est président-directeur général du Conseil des académies canadiennes. Sa notice biographique complète peut être consultée sur le site Web du CAC.

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
En vedette

Le Conseil des académies canadiennes publie son Rapport annuel 2015-2016

Le Conseil des académies canadiennes publie son Rapport annuel 2015-2016 (Ottawa – Le 28 juillet ...
détails