Quoi de neuf?

28 août 2014

Rendu public aujourd’hui par le Conseil des académies canadiennes, un nouveau rapport de comité d’experts intitulé Culture scientifique : qu’en est-il au Canada? aide à brosser le tableau le plus clair en 25 ans de la culture scientifique et du système de soutien à la culture scientifique au Canada. Le comité d’experts qui s’est livré à l’évaluation a constaté que les Canadiens excellent sur les plans des connaissances, des attitudes et de la mobilisation à l’égard de la science. Cependant, il a aussi déterminé qu’il y a place à amélioration en certains domaines, notamment au regard du développement des compétences.

« Notre comité de 14 experts est arrivé à la conclusion que les Canadiens obtiennent de bons résultats au regard de divers indicateurs de la culture scientifique, a indiqué Arthur Carty, président du comité d’experts. Il est important que nous poursuivions nos efforts pour construire une société qui se fiera à la science pour éclairer ses décisions et élargir sa vision du monde. » 

Les conclusions du comité d’experts se fondent sur un examen de la littérature pertinente ainsi que des résultats d’un nouveau sondage d’opinion publique mené auprès de 2 000 Canadiens. Le rapport ne contient pas de recommandations en matière de politiques, mais il apporte un fondement d’information probante et des observations utiles pour les décideurs et les autres intervenants qui s’emploient à renforcer la culture scientifique au Canada, de même que pour les Canadiens désireux de mieux comprendre ce qu’est la culture scientifique et ce qu’elle signifie pour leur pays. 

Les principales constatations du comité d’experts sont les suivantes :

Les Canadiens ont des attitudes positives à l’égard de la science et la technologie, et de faibles réserves à l’égard de la science, comparativement aux citoyens des autres pays.

  • Les Canadiens affichent les taux de réserves à l’égard de la science parmi les plus bas, se classant premiers parmi les citoyens de 17 pays.
  • Sur 17 pays, le Canada se classe au 9rang concernant les attitudes au regard des promesses de la science.
  • Les appréhensions du public concernant la science se sont amoindries depuis 1989.
  • Depuis 2004, on a aussi observé un renforcement du scepticisme à l’égard de la capacité de la science et de la technologie de contribuer à l’atteinte de différents objectifs sociaux, environnementaux et économiques.

Les Canadiens présentent un haut niveau de mobilisation à l’égard de la science et la technologie comparativement aux citoyens des autres pays.

  • Selon les données du sondage du comité d’experts, 93 % Canadiens se disent très ou modérément intéressés par les découvertes scientifiques et les avancées technologiques, ce qui les place au premier rang parmi les citoyens de 33 pays par rapport à cette mesure.
  • À l’instar de ce qui a été observé dans d’autres pays, les répondants de sexe masculin, jeunes ou au niveau d’instruction ou de revenu élevé présentent un niveau d’intérêt supérieur à l’égard de la science.

Le niveau des connaissances scientifiques des Canadiens est égal ou supérieur à celui des citoyens des autres pays pour lesquels des données sont disponibles.

  • Dans une proportion d’environ 42 %, la population canadienne présente un niveau de connaissances scientifiques suffisant pour saisir les grands concepts scientifiques et comprendre la couverture des questions scientifiques dans les grands médias.
  • Selon un indice de la littératie scientifique, le Canada se classe au premier rang parmi les pays pour lesquels des données similaires sont disponibles, mais il convient d’interpréter ce résultat avec prudence étant donné que le niveau de littératie scientifique s’est accru dans la plupart des pays au fil des années et que les données pour les autres pays sont moins récentes.
  • Malgré le bon classement obtenu par le Canada à l’échelle internationale, plus de la moitié des Canadiens interrogés ne possèdent pas le niveau de connaissances scientifiques requis pour saisir le sens des débats publics actuels sur les questions scientifiques et technologiques.

Le rendement du Canada au regard des indicateurs liés au développement des compétences scientifiques et technologiques est plus variable que celui des autres pays de l’OCDE.

  • Le Canada se classe au premier rang parmi les pays de l’OCDE pour ce qui est des niveaux globaux d'instruction postsecondaire, mais seulement 20 % des diplômes universitaires de premier cycle décrochés sont dans les domaines des sciences et du génie.
  • De plus, l’immigration joue un rôle de premier plan pour ce qui est de l’offre de compétences en sciences et en technologie; en effet, 51 % des détenteurs de diplômes en sciences, en technologie, en génie et en mathématiques sont des immigrants.

Le rapport du comité d’experts présente en outre un examen du réseau d’organismes, programmes et initiatives qui appuient le développement de la culture scientifique au Canada, et il met en évidence des stratégies prometteuses pour le renforcement de culture scientifique dans l’avenir.

Pour obtenir de plus amples renseignements, prière de s’adresser à :

Samantha Rae Ayoub

Directrice des communications et des publications

Conseil des académies canadiennes

613 698-6765

samantha.rae@scienceadvice.ca

[Voir Toutes les Nouvelles]

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
En vedette

Le Conseil des académies canadiennes publie son Rapport annuel 2015-2016

Le Conseil des académies canadiennes publie son Rapport annuel 2015-2016 (Ottawa – Le 28 juillet ...
détails