Harnacher la science et la technologie pour comprendre les incidences environnementales liées à l’extraction du gaz de schiste

Le ministre de l’Environnement a demandé au Conseil des académies canadiennes (CAC) de lui préparer une évaluation scientifique qui fasse autorité et portant sur l’état des connaissances entourant les incidences environnementales potentielles liées à l’exploration et à l’extraction du gaz de schiste au Canada et au développement de cette ressource. Le ministre a également demandé au CAC d’évaluer l’état actuel des connaissances en ce qui a trait aux mesures d’atténuation qui y sont associées.

État d’avancement des travaux

Le rapport sur le gaz de schiste a été approuvé par le conseil des gouverneurs du CAC et fait actuellement l’objet du processus de publication du CAC en prévision de sa parution prochaine, laquelle ne devrait pas avoir lieu avant le 1er mai 2014. Pour cette évaluation, le comité d’experts a considéré les incidences liées aux eaux souterraines, à la technologie et à l’intégrité des puits, les émissions atmosphériques, les incidences sur le territoire et la santé humaine. Le rapport porte un regard canadien sur les incidences environnementales de l’exploitation et de l’extraction du gaz de schiste.

Contexte

En Amérique du Nord, l’approvisionnement en gaz naturel connaît actuellement un virage. S’il a déjà été dominé par des ressources conventionnelles, il comprend de plus en plus des ressources qui ne le sont pas, comme le gaz de schiste, à titre d’exemple. Le gaz de schiste est un gaz naturel qui est emprisonné dans de minuscules bulles situées à l’intérieur de formations rocheuses composées de schiste très imperméable. L’extraction du gaz de schiste est devenue plus rentable au cours des dernières années, en raison du perfectionnement de la fracturation hydraulique (ou l’hydrofracturation) et du forage horizontal. Tant en raison des avantages que des inconvénients rapportés de cette source énergétique potentielle, le gaz de schiste est devenu, pour la population canadienne, un important enjeu sur le plan de la politique publique. L’évaluation du CAC fournira aux Canadiennes et aux Canadiens une évaluation équilibrée et fondée sur des preuves de la science de l’exploration et de l’extraction du gaz de schiste au Canada et du développement de cette ressource.

Le processus d’évaluation prendra de 18 à 24 mois. Ce processus prévoit que le rapport soit assujetti à un examen rigoureux par les pairs afin d’assurer que le rapport, dans sa version définitive, soit objectif, équilibré et fondé sur des preuves. Lorsque le conseil des gouverneurs du CAC aura examiné le rapport et l’aura approuvé, la version intégrale de ce rapport sera publiée sur le site Web du CAC dans les deux langues officielles. Pour de plus amples renseignements sur le processus du CAC, veuillez cliquer ici.

Comité d’experts

Le comité d’experts chargé de l’évaluation Harnacher la science et la technologie pour comprendre les incidences environnementales liées à l’extraction du gaz de schiste est présidé par John A. Cherry, directeur du University Consortium for Field-Focused Groundwater Contamination Research, codirecteur du G360 - Centre for Applied Groundwater Research et professeur auxiliaire à la School of Engineering de l’Université de Guelph. Pour consulter la liste complète des membres du comité, visitez la page Comité d’experts chargé de l’évaluation Harnacher la science et la technologie pour comprendre les incidences environnementales liées à l’extraction du gaz de schiste.

 

Les membres du comité d’experts chargé de l’évaluation Harnacher la science et la technologie pour comprendre les incidences environnementales liées à l’extraction du gaz de schiste visitant un site près de Calgary, en Alb., dans le cadre de leur seconde rencontre, en août 2012.

Question de l’évaluation

Quel est l’état des connaissances entourant, d’une part, les incidences environnementales potentielles liées à l’exploration et l’extraction du gaz de schiste du Canada et au développement de cette ressource, et d’autre part, les mesures d’atténuation qui y sont associées?

Pour de plus amples informations, veuillez communiquer avec :

Douglas Wright, Directeur de programmes, 613-567-5000, poste 279, ou douglas.wright@scienceadvice.ca

Les médias qui souhaitent obtenir des renseignements ou des entrevues sont priés de s’adresser à Cathleen Meechan, Directrice des communications — 613-567-5000, poste 228, ou cathleen.meechan@scienceadvice.ca

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire