Renforcer la capacité de recherche du Canada : La dimension de genre

Compte tenu de l’absence notable de candidatures féminines pour le programme des Chaires d’excellence en recherche du Canada (CERC), le ministre de l’Industrie a mis sur pied en mars 2010 un comité spécial chargé d’examiner le processus de sélection du programme. Le comité spécial a conclu que le manque de représentation féminine n’était pas le résultat de choix délibérés effectués dans le cadre du processus de sélection du programme des CERC. En conséquence, le ministre de l’Industrie a demandé au Conseil des académies canadiennes (CAC) d’entreprendre une évaluation des facteurs qui influencent les parcours de carrière en recherche universitaire des femmes, tant au Canada qu’à l’étranger.

Pour réaliser l’évaluation, le CAC a constitué un comité formé de 15 éminents experts canadiens et internationaux de disciplines diverses, qui était présidé par  Lorna Marsden, professeure et présidente émérite à l’Université York. 

L’évaluation s’appuie sur un modèle basé sur le parcours de vie des femmes, ce qui a permis au comité d’experts de dresser un tableau détaillé des facteurs qui influencent les parcours de carrière en recherche. Le comité a également pu constituer une base de données établissant le profil statistique des chercheuses canadiennes.

Voici les principaux constats qui ont été tirés de ce profil statistique :

En général, le profil canadien ressemble à celui des autres pays économiquement avancés.

La progression des emplois féminins au sein des universités canadiennes est inégale et varie selon la discipline et le rang.

Plus le rang est élevé, plus le pourcentage de femmes est inférieur à celui des hommes.

Selon le comité, les principaux facteurs qui influencent le parcours de carrière des femmes agissent dès les premières années de vie, en commençant par les stéréotypes qui définissent les rôles et les attentes. De plus, les femmes sont mal informées par rapport aux exigences liées aux carrières qui s’ouvrent à elles et ont peu de modèles et de mentors qui puissent les motiver et les guider. Ces questions ainsi que la structure rigide des postes menant à une permanence, les défis associés à la conciliation du travail rémunéré et de la vie familiale et l’importance accrue du soutien et de la coordination entre les gouvernements et les établissements, doivent être examinés si le Canada souhaite parvenir à une représentation plus équilibrée des sexes dans les postes universitaires.     

Question

Quels sont les politiques et les facteurs sociétaux, culturels et institutionnels, économiques ou autres qui influent, d’une part, sur la trajectoire de carrière des femmes œuvrant en recherche dans les universités canadiennes et, d’autre part, sur les écarts entre les sexes qui caractérisent les profils statistiques des chercheurs universitaires au Canada, par discipline, rang, tâches/ position/ calibre, salaire, accès aux postes menant à la permanence et aux fonds de recherche, et autres indicateurs pertinants?

Plus précisément :

  • En quoi le profil statistique des femmes qui poursuivent des carrières en recherche universitaire au Canada est-il comparable à celui d’autres chercheuses qui travaillent dans des pays similaires?
  • Quels sont les défis que doivent relever les chercheuses universitaires qui souhaitent faire avancer leur carrière? Ces défis diffèrent-ils d’un domaine à l’autre : en sciences naturelles et en génie, en sciences sociales, humaines et lettres, et en sciences de la santé? Les chercheuses qui travaillent en milieu gouvernemental ainsi que dans les secteurs non gouvernemental et privé doivent-elles composer avec des défis similaires?
  • Tant au Canada qu’à l’étranger, quelles sont les pratiques exemplaires adoptées par les universités, les bailleurs de fonds, les associations académiques, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, les organismes privés et d’autres parties pour recruter et retenir les femmes en recherche, et les nommer à des postes clés?

Rapport et documents connexes :

Comité d’experts

Le comité d’experts sur les femmes dans la recherche universitaire était présidé par Lorna R. Marsden, professeure et présidente émérite à l’Université York, à Toronto. Pour consulter la liste complète des membres du comité, visitez la page Internet du comité d’experts sur les femmes dans la recherche universitaire.

Pour plus de renseignements, ou pour les médias sociaux, veuillez communiquer avec :

Samantha Rae Ayoub, directrice des communications et des publications, au 613 567-5000 poste 256 ou samantha.rae@scienceadvice.ca

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire

Téléchargez ce rapport