Paul Young, MSRC

Vice-président (recherche) et professeur de géophysique, Université de Toronto (Toronto, ON)

Paul Young est actuellement vice-président à la recherche à l’Université de Toronto. Il possède un doctorat en géophysique, une maîtrise en mécanique des roches et un baccalauréat en sciences géologiques. Au cours des dix dernières années, il a été titulaire de la Chaire Keck en séismologie et en mécanique des roches à l’Université de Toronto, titulaire de la Chaire des sciences de la Terre à l’Université de Liverpool et président de la British Geophysical Association. Il a reçu plusieurs prix pour ses recherches et innovations, notamment le titre de membre de la Société royale du Canada, la médaille Willet G. Miller de la Société royale du Canada pour ses recherches en sciences de la Terre et le prix John A. Franklin de la Société canadienne de géotechnique pour ses travaux en mécanique des roches. Il est également membre de l’American Association for the Advancement of Science et ingénieur breveté. Depuis 30 ans, M. Young a mis au point des techniques utilisées par les industries des mines, du pétrole et de l’élimination des déchets nucléaires pour surveiller et interpréter les données relatives à la sismicité induite.

Des avancées scientifiques importantes dans les domaines de la sismologie et de la mécanique des roches ont été réalisées grâce aux travaux menés par ses groupes de recherche à l’Université Queen's et à l’Université de Toronto, au Canada, à l’Université Keele et à l’Université de Liverpool, au Royaume-Uni et par des entreprises dérivées telles que l’Engineering Seismology Group (Canada) et Applied Seismology Consultants (RU). Il a publié plus de 220 articles scientifiques dans des revues à comité de lecture et des actes de conférences, a supervisé plus de 40 étudiants au doctorat et boursiers d’études postdoctorales et a mis au point des systèmes d’instrumentation innovateurs pour la surveillance de la sismicité induite et de l’activité acoustique.

Les recherches de M. Young portent sur la dynamique des fractures rocheuses et de la sismicité induite appliquée aux risques géologiques naturels tels que les séismes et l’activité volcanique ainsi qu’à l’ingénierie des mines, de la récupération des hydrocarbures, de la fracturation hydraulique et du stockage géologique en profondeur pour le confinement des déchets nucléaires et la séquestration du CO2.

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire