Vers une meilleure compréhension de l’intégrité en recherche dans le contexte canadien

Sous-questions :

  • Quelles définitions de l’intégrité en recherche sont adoptées par les institutions de recherche, c’est‑à‑dire les établissements d’enseignement postsecondaire qui reçoivent des fonds des conseils subventionnaires au Canada, et comment ces définitions pourraient-elles être davantage uniformisées?
  • En quoi la définition canadienne diffère-t-elle de celle d’autres pays, notamment les États-Unis, et pourquoi? Dans quelle mesure l’approche adoptée par les conseils subventionnaires et les établissements canadiens d’enseignement postsecondaire s’harmonise-t-elle avec celle de pays qui sont à la pointe de la recherche ainsi qu’avec les nouvelles normes mondiales?
  • Quels gestes sont réputés constituer une inconduite en recherche dans le contexte canadien?
  • À la lumière d’une définition claire de l’intégrité en recherche, quels sont les rôles et responsabilités des intervenants en recherche (chercheurs, scientifiques, institutions d’enseignement et de recherche financées par les conseils subventionnaires canadiens) afin d’appliquer cette définition ainsi que les principes et pratiques clés qui s’y rattachent, notamment en matière d’éducation?
  • Comment une définition commune de l’intégrité en recherche pourrait-elle promouvoir une culture de la recherche conforme aux plus hautes normes d’éthique et inspirer la confiance du public?

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire