Mettre à profit les forces du Canada en médecine régénérative

La médecine régénérative a le potentiel de transformer les soins de santé en traitant des maladies chroniques et des troubles génétiques jusqu’ici incurables. Depuis la découverte des cellules souches au début des années 1960 par des chercheurs canadiens, James Till et Ernest McCulloch, d’importantes avancées dans le domaine ont été réalisées par leurs compatriotes chercheurs et praticiens. En raison de ces progrès et aux intensives recherches en science des cellules souches effectuées dans d’autres pays, il est crucial pour le Canada d’analyser le domaine et de mieux comprendre l’état actuel de la science de la médecine régénérative au pays. Face à ce besoin, la ministre des Sciences, au nom d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada, a demandé au CAC d’organiser un atelier réunissant des experts pour cerner les possibilités et les défis principaux associés à la médecine régénérative au Canada.

L’atelier, qui s’est tenu les 13 et 14 octobre 2016 à Toronto, a réuni les points de vue du milieu universitaire, de la médecine, des organismes de financement, de l’industrie et des organismes de défense des patients et était éclairé par un examen des publications et une analyse bibliométrique. Le rapport final, Mettre à profit les forces du Canada en médecine régénérative, publié le jeudi 9 mars 2017, est une étude indépendante, éclairante et de grande qualité, qui examine les forces et faiblesses actuelles du Canada en médecine régénérative et cerne les principales possibilités de succès dans ce domaine. Il cherche à contribuer à un dialogue national et à aider à éclairer les décisions politiques visant à faire évoluer le champ de la médecine régénérative au Canada.

Questions

1.  Quelles sont les forces du Canada dans le domaine de la médecine régénérative (et pourquoi sont-elles des forces)? Considérer les catégories suivantes :

  • la recherche fondamentale
  • la mise au point de thérapies cellulaires régénératives
  • la mise au point de médicaments, de dispositifs et de technologies
  • l’application de thérapies en milieu clinique
  • les ressources humaines et le capital
  • les collaborations et les réseaux
  • le cadre réglementaire et éthique
  • le cadre financier et l’allocation de ressources

2. Compte tenu de ces forces, quelles possibilités s’offrent au Canada et quels obstacles doit-il surmonter pour pouvoir exceller sur la scène internationale en médecine régénérative?

Principales constatations

Globalement, le rapport d’atelier confirme que la médecine régénérative est toujours un domaine de pointe au Canada. La recherche canadienne est de grande qualité et fréquemment citée, et c’est sa culture de collaboration, renforcée par des réseaux nationaux, qui maintient le pays parmi les chefs de file dans ce domaine. 

Le maintien de la position de leadership du Canada en médecine régénérative exige des efforts continus, et notamment un investissement continu, stable et stratégique dans les chercheurs, les réseaux collaboratifs et l’infrastructure.

Le rapport d’atelier cerne plusieurs possibilités de renforcer la communauté canadienne de la médecine régénérative. Les plus prometteuses sont les suivantes :

  • Formaliser la coordination entre les initiatives de médecine régénérative et entre les principaux acteurs afin que tous parlent d’une même voix sur les priorités communes;
  • Établir un soutien stable et à long terme pour les réseaux existants, notamment ceux axés sur la commercialisation, afin de résoudre le phénomène de vallée de la mort qui entrave l’application des découvertes de la recherche en milieu clinique et industriel;
  • Améliorer la coordination et l’harmonisation entre le système réglementaire fédéral et les systèmes de santé provinciaux;
  • Appuyer l’infrastructure de fabrication et faire croître l’industrie de la médecine régénérative au Canada pour fournir des emplois au personnel hautement qualifié tout en profitant à l’économie canadienne.

Les participants à l’atelier ont également étudié plusieurs autres possibilités particulières. Par exemple :

  • Améliorer la coordination des sites d’essais cliniques en médecine régénérative au Canada pour favoriser le partage des bonnes pratiques en matière de financement, de conception et de recrutement;
  • Poursuivre le soutien aux programmes de formation polyvalente afin que les nouvelles générations de chercheurs canadiens possèdent les compétences étendues adaptées à la nature multidisciplinaire de la médecine régénérative;
  • Proposer de nouvelles mesures incitatives encourageant les partenariats entre les établissements de recherche et l’industrie;
  • Accroître les efforts de mobilisation et de sensibilisation du public.

Rapport et documents connexes

Le comité directeur de l’atelier

Pour diriger l’organisation de cet atelier et réaliser les recherches préliminaires nécessaires, le CAC a constitué un comité directeur de quatre membres, présidé par Janet Rossant, présidente et directrice scientifique de la Fondation Gairdner. Les autres membres du comité directeur étaient Tania Bubela, professeure à l’École de santé publique de l’Université de l’Alberta; le Dr Allen Eaves, président et premier dirigeant de STEMCELL Technologies; et Michael Rudnicki, scientifique principal et directeur du Programme de médecine régénérative et du Centre de recherche sur les cellules souches Sprott de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa et directeur général et scientifique du Réseau de cellules souches.

Participants à l’atelier

Les participants à l’atelier ont pris part à deux journées de discussion pour remplir le mandat confié par Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) et Santé Canada. Les participants sont des personnes d’expertise et d’expérience et sont des chefs de file au Canada dans la recherche-développement en médecine régénérative; dans l’application clinique de la recherche; dans la sensibilisation du public; dans les structures de soutien telles que le financement et les réseaux de collaboration; et dans les politiques régissant la recherche, l’application clinique et la prestation des thérapies. Pour la liste complète des participants à l’atelier, visitez la page des Participants à l’atelier.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Christina Stachulak, conseillère principale du président au 613 866-3073 ou christina.stachulak@scienceadvice.ca

Les demandes des médias peuvent être transmises à :

Samantha Rae Ayoub, directrice des communications et des publications au 613 567-5000 poste 256 ou samantha.rae@scienceadvice.ca

 

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire