Le maintien de l’ordre au Canada au XXIe siècle : Une nouvelle police pour de nouveaux défis

Partout dans le monde, les services de police sont entrés dans une période de changements d’une ampleur sans précédent depuis la création des services de police modernes, au XIXe siècle. On assiste actuellement à une conjonction de facteurs — certains très anciens, d'autres plus récents, mais tous importants — qui modifie radicalement la façon dont les services de police assuraient jusqu’ici la sécurité de la population.  Aujourd’hui, de nombreux acteurs garantissent un environnement sécuritaire, notamment les spécialistes techniques, les fournisseurs de sécurité publics et privés et les premiers intervenants.  De son côté, la police a commencé à travailler au sein d’un réseau de la sécurité qui nécessite de nouveaux partenariats dynamiques, de la souplesse et une capacité d’adaptation.  De plus, les policiers interviennent face à des crimes de plus en plus complexes et planétaires, comme le terrorisme, le vol d’identité et la cybercriminalité.  Ces défis, ainsi que la hausse des coûts, ont amené de nombreuses personnes dans le monde et au Canada à réexaminer le modèle traditionnel de maintien de l’ordre et à étudier les approches modernes nécessaires pour assurer un maintien de l’ordre efficace et efficient à l’avenir.

Afin de mieux comprendre comment le maintien de l'ordre peut être exécuté, Sécurité publique Canada (le commanditaire) a demandé au CAC de réaliser au moyen d'un comité d'experts une évaluation des données probantes disponibles au Canada et ailleurs dans le monde.

Le maintien de l’ordre au Canada au XXIe siècle : Une nouvelle police pour de nouveaux défis se penche sur les défis internes et externes de la police canadienne, comme la nature évolutive de la criminalité, l’environnement de plus en plus globalisé dans lequel les acteurs de la sécurité interviennent, l’impact des tendances sociales et des demandes associées en services de police, la gestion des ressources humaines, les coûts policiers et les problèmes de reddition de comptes. Il examine également les solutions dont disposent les organisations policières comme le système policier dans son ensemble pour surmonter ces défis.

Principales constatations

  • Les modèles de maintien de l’ordre fructueux nécessitent que la police s’adapte et tire parti des capacités et ressources spécialisées du  nouveau réseau de la sécurité.
  • Un maintien de l’ordre fondé sur les données probantes et une professionnalisation accrue de la police permettraient aux policiers de jouer un rôle optimal dans le réseau de la sécurité.
  • La diversité des acteurs dans le réseau de la sécurité crée des problèmes de reddition de comptes sur lesquels on ne s’est pas encore penché.
  • Les gouvernements peuvent servir d’habilitants de la sécurité en veillant à ce que le réseau de la sécurité serve l’intérêt public.
  • Des lacunes en matière de connaissances freinent l’optimisation du réseau de la sécurité.

La question

Compte tenu de l'évolution de la criminalité, du système juridique et de la société, que pouvons-nous conclure des données et connaissances actuelles en ce qui concerne l'avenir des modèles de maintien de l'ordre public au Canada?

Le rapport et les produits connexes

Le comité d’experts

Le comité d’experts sur l’avenir des modèles canadiens de maintien de l’ordre était présidé par le l'honorable juge Stephen T. Goudge, c.r. La page Le comité d’experts sur l’avenir des modèles canadiens de maintien de l’ordre donne la liste complète des membres du comité d’experts.

Renseignements

Tijs Creutzberg, directeur de programme, 613 567-5000, poste 232 ou tijs.creutzberg@scienceadvice.ca.

Médias sociaux, prière de s’adresser à :

Samantha Rae Ayoub, Directrice des communications et des publications, au 613 567-5000, poste 256 ou au samantha.rae@scienceadvice.ca

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire

Téléchargez ce rapport