Terry W. Schultz

Terry W. Schultz

Professeur émérite, Département de médecine comparée, Collège de médecine vétérinaire, Université du Tennessee (Knoxville, TN)

Terry W. Schultz est professeur émérite au Département de médecine comparée du Collège de médecine vétérinaire de l’Université du Tennessee. Il est aussi administrateur du projet de Boîte à outils sur les applications des (Q)SAR, pour le groupe d’évaluation des dangers et risques liés aux produits chimiques, à la Direction de l’environnement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), à Paris. M. Schultz a obtenu en 1968 un baccalauréat en chimie à l’université d’État Austin Peay. Il a obtenu en 1975 un doctorat en zoologie à l’Université du Tennessee, avant de faire un postdoctorat en toxicologie au laboratoire national d’Oak Ridge de 1975 à 1977.

M. Schultz a plus de 30 ans d’expérience en toxicologie prédictive. Il a notamment mené des recherches sur la tératogenèse, la biodégradation, les perturbations endocriniennes à médiation par des récepteurs, ainsi que dans le domaine de la toxicogénomique. Il est surtout connu pour la mise au point et l’utilisation de méthodes rapides et peu coûteuses de dosage pour l’évaluation de substances toxiques organiques. Le but visé par ces travaux est de comprendre les interactions chimiques et biologiques de ces substances et d’élaborer des bases de données permettant d’étudier les liens entre leur potentiel toxique et leur structure moléculaire.

Terry W. Schultz est directeur du Laboratoire de test et de modélisation de l’activité biologique, au Collège de médecine vétérinaire de l’Université du Tennessee. Ce laboratoire est bien connu pour ses travaux sur le Cilié d’eau douce Tetrahymena pyriformis et pour la base de données TETRATOX. À l’heure actuelle, M. Schultz s’intéresse à l’élaboration de données sur la réactivité chimique à l’aide de méthodes abiotiques simples et rapides, puis à l’utilisation de ces données pour former des catégories et faire des évaluations de toxicité par des analyses de substances analogues. Il s’intéresse également à l’élaboration du concept de voie d’une conséquence indésirable comme moyen de faire le lien entre, d’une part, les données du dépistage moléculaire et de techniques de pointe telles que la génomique et la protéomique et, d’autre part, les effets in vivo.

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire