Warren Foster

Warren Foster

Professeur, Département d’obstétrique et de gynécologie; directeur, Centre de soins génésiques, Centre des sciences de la santé de l’université McMaster (Hamilton, ON)

Diplômé de l’université McMaster, Warren Foster est directeur du Centre de soins génésiques, West End Clinic, et professeur à la Division de la biologie de la reproduction du Département d’obstétrique et de gynécologie de l’université McMaster.

Avant de se joindre au corps professoral de l’université McMaster, M. Foster a été directeur adjoint, Santé des femmes, et directeur de la recherche au Cedars-Sinai Medical Center à Los Angeles. Il a aussi été chef, Toxicologie de la reproduction, à Santé Canada à Ottawa.

Ses travaux de recherche se répartissent principalement en deux catégories : (i) les effets sur la reproduction humaine des produits chimiques présents dans l’alimentation et dans l’environnement; (ii) l’investigation de la physiopathologie de l’endométriose et l’étude des effets bénéfiques possibles de divers facteurs diététiques. Son laboratoire a récemment mis au point un nouveau modèle d’endométriose chez la souris, qui permet de tester l’efficacité de divers agents dans la régulation de la croissance d’un endomètre ectopique chez des femmes atteintes ou non d’endométriose.

On a fait état de liens entre, d’une part, l’exposition à des substances chimiques présentes dans l’environnement et, d’autre part, des effets neurocomportementaux et immunitaires chez les enfants, la baisse présumée de la qualité du sperme et la hausse du nombre de cancers du sein au Canada. Les causes de diverses tendances évolutives en matière de santé continuent de faire l’objet de débats passionnés, et le rôle des substances toxiques dans l’environnement demeure inconnu. Le programme de recherche de M. Foster vise entre autres à mieux : (i) définir l’exposition humaine à des substances chimiques actives sur le plan hormonal (aussi bien des substances toxiques présentes dans l’environnement que des facteurs diététiques tels que les phytoestrogènes); (ii) déterminer les moments critiques d’exposition à ces substances; (iii) élucider les mécanismes cellulaires et moléculaires en cause.

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire