19 avril 2017

Un nouveau rapport publié aujourd’hui par le Conseil des académies canadiennes (CAC), Politique scientifique : Considérations pour les gouvernements infranationaux, fait valoir l’importance qu’ont les politiques scientifiques à l’échelle infranationale.

« Au Canada, la science est autant une affaire provinciale que nationale », soutient Joy Johnson, MACSS, présidente du comité directeur de l’atelier du CAC et vice-rectrice à la recherche à l’Université Simon Fraser. « Actuellement, les établissements qui mènent de la recherche scientifique et l’infrastructure et le financement qui soutiennent cette recherche font partie d’un système scientifique multiniveaux qui est aussi peu coordonné que complexe. Pour que le pays concrétise toutes les retombées potentielles de la recherche scientifique, il est nécessaire que tous les ordres de gouvernement mettent en place des politiques scientifiques explicites et efficaces. »

Bien que tous les gouvernements appliquent des politiques scientifiques implicites, le rapport souligne que les politiques scientifiques explicites aident à articuler l’utilité et les objectifs du soutien accordé à la science, à améliorer la coordination et la cohérence gouvernementales et à accroître la transparence. Le fait pour un gouvernement infranational de rendre sa politique scientifique explicite peut également aider à mettre pleinement à profit le soutien fédéral accordé aux sciences.

Le rapport est le fruit de deux journées d’atelier au cours desquelles des experts ont travaillé à relever les éléments clés qui doivent être pris en considération par les territoires infranationaux, en particulier les provinces et les territoires canadiens, lors de l’élaboration de leurs politiques scientifiques. Entre autres constatations, le rapport note qu’un cadre exhaustif pour l’élaboration d’une politique scientifique peut s’articuler autour de cinq éléments fondamentaux : les gens, l’infrastructure, la recherche, la culture scientifique et la mobilisation des connaissances. Le rapport souligne aussi que les politiques de science et d’innovation sont distinctes, mais inextricablement liées, et que la coordination et la coopération intersectorielles et intergouvernementales sont d’une importance cruciale. Vu l’évolution rapide de la science et la mondialisation de plus en plus importante des activités de recherche, il est important de prendre des engagements à l’égard de la recherche scientifique et d’une politique scientifique souple, mais cohérente, pour espérer obtenir des succès à long terme.

« Cette étude semble indiquer qu’un engagement à long terme envers une politique scientifique infranationale est important pour le maintien et le développement de l’ensemble de l’écosystème scientifique », a déclaré M. Eric M. Meslin, MACSS, président-directeur général du CAC. « En effet, la récente publication de l’examen du soutien fédéral aux sciences offre aux provinces une excellente occasion de réfléchir aux moyens qu’elles pourraient prendre pour coordonner ou harmoniser leurs propres investissements scientifiques avec les priorités du gouvernement fédéral afin d’en maximiser les retombées. »

Réalisé à la demande du gouvernement de l’Alberta, le rapport relève aussi certaines considérations qui s’appliquent plus particulièrement à cette province et met en relief quelques initiatives de recherche pertinentes qui y ont été mises en œuvre, telles que l’Alberta Oil Sands Technology and Research Authority (AOSTRA) et l’Alberta Heritage Foundation for Medical Research (AHFMR). Globalement, le rapport se veut une feuille de route à l’intention des provinces et territoires canadiens, qui pourront l’utiliser pour encadrer les discussions et éclairer le processus décisionnel entourant la mise en œuvre d’une politique scientifique infranationale.

[Voir Toutes les Nouvelles]

La valeur du transport maritime commercial pour le CanadaLe comité d'experts sur les besoins de transport d'une population vieillissante
La valeur du transport maritime commercial pour le CanadaLe comité d'experts sur la valeur sociale et économique du transport maritime commercial pour le Canada
Politique scientifique : Considérations pour les gouvernements infranationauxRapport d'atelier
Mettre à profit les forces du Canada en médecine régénérativeRapport d'atelier
SAccidents dans le transport maritime commercial : Cerner les risques au CanadaRapport d'atelier

Conseil des académies canadiennes

Fondé en 2005, le Conseil des académies canadiennes (CAC) est un organisme indépendant à but non lucratif.

Le CAC soutient des évaluations scientifiques indépendantes, effectuées par des experts, qui alimentent l'élaboration de politiques publiques au Canada.

Les évaluations sont menées par des comités pluridisciplinaires indépendants formés d'experts canadiens et étrangers. Ces distingués experts participent bénévolement aux travaux des comités mis sur pied par le CAC. Plusieurs d'entre eux sont membres des académies du CAC. Académies membres. [[Pour en savoir plus...]]

Les rapports d'évaluation du CAC sont publiés et accessibles au public sans frais en français et en anglais sur le site Web du CAC, ainsi que sur les sites Scribd et Google Books.


Télécharger les rapports les plus récents :

   

Vous désirez soumettre une question en vue d’une évaluation, veuillez consulter la page Renseignements pour les commanditaires.


Suivez-nous sur :

     

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
En vedette

Nouveau rapport du CAC sur les besoins de transport d’une population vieillissante

Les longues files d’attente, la mauvaise signalisation et les annonces confuses aux haut-parleurs peuvent êt...
détails
Académies membres